Voie verte

Voie verte Marmande / Casteljaloux – Point d’étape – mars 2021

Premiers travaux de voirie, étude sur les ouvrages d’art et réflexion sur la mise en tourisme : le projet d’itinéraire cyclable avance en 2021.

Longue de 24 km, la future voie verte reliant Marmande à Casteljaloux sera aménagée sur une ancienne voie ferrée, rachetée à la SNCF en décembre 2018 par Val de Garonne Agglomération et la communauté de communes des Coteaux et Landes de Gascogne. La partie val de garonnaise traverse les communes de Marmande, Gaujac, Montpouillan et Samazan (11,4 km).

L’objectif est notamment d’en faire un vecteur de développement touristique pour le territoire. L’ensemble du projet représente un coût global prévisionnel de 3,6 millions d’€ TTC.

Promenade sur la future voie verte

2020 : premiers travaux

Retardés en raison de la crise sanitaire du COVID 19, les travaux de démantèlement des rails et des traverses se sont achevés en septembre 2020. Par ailleurs, une rampe d’accès a été construite à Gaujac, permettant de rejoindre la future voie verte située en surplomb.

10 juin 2020 – dépose des rails et traverses

2021 : revêtement et ouvrages d’art

Val de Garonne Agglomération et la Communauté de commune des Coteaux et Landes de Gascogne travaillent conjointement sur un groupement de commande afférent au revêtement de la voie verte (en grave émulsion). Les travaux de voirie sur la partie Samazan – Montpouillan (Canal) devraient être initiés dès le troisième trimestre de cette année, permettant dès début 2022 de connecter la voie verte du canal de Garonne au niveau de Montpouillan à Casteljaloux par une voie cyclable 100% sécurisée.

En parallèle, un diagnostic est en cours sur les ouvrages d’art (ponts et armatures métalliques, ponts maçonnés) afin de proposer les solutions de réfection les plus adaptées.

 

2021 : la réflexion s’intensifie sur les perspectives touristiques

Suite à l’étude de 2020 sur les usages économiques et touristiques de la future voie verte, un travail sur la mise en tourisme a été initié avec les élus des communes du tracé.  La réflexion s’élargira courant 2021 avec les prestataires touristiques, les co-financeurs publics puis les citoyens.